Une première prise de sang pour un enfant c’est quelque chose qui fait peur, c’est l’inconnu. Voici quelques conseils pour que tout se passe bien le jour J. #prisedesang #enfant #peur #angoisse #stress #préparation #astuces #conseils

Préparer son enfant à une première prise de sang

Vendredi dernier, mon grand a fait sa première prise de sang. C’est quelque chose qui lui faisait peur et qu’il appréhendait, comme pour toutes les 1ères fois (c’est bien normal, c’est l’inconnu).

Connaissant mon bonhomme hypersensible pour qui une simple égratignure prend des proportions énormes, je redoutais moi-même ce moment. Je vous avais d’ailleurs demandé des conseils sur les réseaux avant même de lui annoncer qu’il allait devoir faire sa prise de sang… J’avais peur qu’il se crispe rendant la piqûre impossible et qu’il fasse une crise de peur, de cris, de larmes comme cela lui arrive parfois.

Une annonce en douceur

Je ne voulais pas trop insister en faisant une « annonce solennelle » voulant au maximum minimiser ce geste un peu banal auquel il devra certainement à nouveau faire face dans le futur. L’idée était ainsi de dédramatiser, à l’avance, quelque chose qui pouvait l’angoisser.

Je lui ai donc simplement dit « tu te souviens que je t’ai dit que tu devais retourner voir le médecin ? C’est dans 2 semaines et tu vas avoir une prise de sang ».

Il a bien entendu réagi en me disant qu’il ne voulait pas et qu’il avait peur. Nous en avons donc discuté, mais pas trop. J’ai préféré être assez concise à ce moment là pour lui laisser le temps « d’encaisser la nouvelle » et de répondre, dans les prochains jours, aux questions qui en découleraient…

Et puis les craintes…

Les questions et les craintes justement tournaient principalement autour de 2 axes : « vais-je avoir mal ?» et « mon sang après on va me le rendre ? ».

En ce qui concerne sa peur de la douleur je l’ai rassuré sur le fait que cela faisait moins mal qu’un vaccin. Pas sûre à 100% que ça l’ai rassuré car pour lui se faire vacciner est une vraie épreuve : depuis son entrée en GS il nous parle régulièrement de sa peur de ses prochains vaccins lorsqu’il entrera au CP… Alors imaginez… Je lui ai simplement dit qu’il allait sentir comme un petit “pic” et que c’était plus désagréable que douloureux, car finalement hormis ce “pic” il n’y aurait pas d’autre douleur. J’ai joint le geste à la parole en lui montrant, avec mon ongle sur sa peau, ce qu’il pourrait ressentir.

Quant à la question de lui rendre son sang (qui le perturbait fortement car il ne voulait pas qu’on lui “ôte” quelque chose), je lui ai clairement expliqué que pour ce faire il faudrait le piquer une seconde fois et que par conséquent, au vu de la quantité minime qu’on allait lui prendre il valait mieux que les analystes le gardent… Il n’a pas eu de mal à comprendre ce point-là et le fait que finalement, ce n’était pas si grave de donner son sang sans le récupérer ensuite 😉

Une préparation en mode “commando”

Je lui ai expliqué que l’infirmière allait lui placer comme un élastique autour du bras au-dessus du coude, qu’il faudrait qu’il serre le poing, qu’elle allait piquer, retirer l’élastique puis l’aiguille et enfin lui mettre un joli pansement. Sur ce point, je pense qu’il vaut mieux être le plus précis possible et répondre à toutes les interrogations de l’enfant pour éviter qu’il ne soit surpris au moment de l’acte.

Le papi avait également mené son enquête auprès de la pharmacienne qui lui a conseillé de donner du Gelsenium à Loulou. Ce sont des granules homéopathiques qui permettent de prévenir la peur par anticipation. Je lui ai donc donné 5 granules la veille et 5 granules le matin de la prise de sang. La posologie indique qu’en cas de crise anxieuse il est possible d’en prendre à nouveau dans la journée.

Vous avez été nombreux à me conseiller de lui acheter les patchs Emla qui ont pour propriété d’anesthésier la zone sur laquelle il va y avoir la piqûre. Mon médecin m’en avait prescrit un, mon pharmacien m’en a donné deux (1 pour chaque bras #MerciMonsieur).

Un grand nombre d’entre vous m’avait également conseillé de passer au laboratoire quelques jours avant la prise de sang pour que Loulou se familiarise avec l’endroit, qu’il voit le personnel et qu’il puisse poser toutes ses questions. Problème : notre prise de sang devait se faire à l’hôpital auprès du service dans lequel nous avions rendez-vous. Impossible donc de rencontrer le personnel avant ou encore de savoir de quel côté se ferait la prise de sang pour l’application du patch. Raison pour laquelle je me suis permise de demander 2 patchs au pharmacien. Je trouve par contre que c’est une très bonne idée et je l’aurais sûrement fait si la prise de sang s’était faite dans un laboratoire.

Nous avons aussi eu des alliés extérieurs…  Je ne l’ai appris que la veille de la prise de sang, Loulou en avait parlé à TOUTE l’école. Il a donc eu le soutien et les conseils de sa maîtresse, de toutes les ATSEM et de tout élève qui était prêt à le « soutenir moralement ».

Le jour tant (non) attendu

C’est munis d’un patch à chaque bras, des granules homéopathiques, de la Lunii (#Diversion et occupation pour la salle d’attente) et d’une sucette dans le sac à main que nous nous sommes rendus à l’hôpital #BienEquipés.

La sucette me direz-vous ? C’est THE BEST astuce que l’on m’a donné sur ma page Facebook. Le fait de donner une sucette à l’enfant pendant la prise de sang (si le personnel médical l’autorise) permet de libérer de l’endorphine, à savoir : l’hormone du plaisir ! C’est ainsi que le cerveau de l’enfant se délectera de ce doux nectar sucré et ne pensera point à l’acte réalisé sur le bras. #PasBête !

Après la visite du médecin et le pipi dans le pot (qui l’a beaucoup fait rire) nous avons attendu pour la prise de sang. Trop attendu. Si bien que les patchs sont tombés un à un dans la salle d’attente. Pouf. Bye bye l’anti-douleur. Je n’ai pas montré mon stress, ça n’a pas eu l’air de l’inquiéter. Mais il m’a tout de même demandé s’il pouvait reprendre des granules homéopathiques. Je lui ai donné, ça l’a rassuré.

Quand notre tour est arrivé deux gentilles infirmières étaient là pour nous accueillir (une pour piquer, l’autre pour s’assurer que l’enfant ne bouge pas). Loulou a tout de suite été mis à l’aise et il n’y avait aucune appréhension (visible) de sa part. Je lui ai donné la sucette, il était super content car il ne s’y attendait pas. L’infirmière m’a dit que c’était une très bonne idée #MamanAuTop.

Elle a piqué, il a eu un sursaut, quelques mouvements avec l’autre main pour montrer qu’il voulait que l’on arrête, je lui ai demandé de raconter quelque chose pour qu’il se concentre sur autre chose (il a tout de même jeter un œil pour voir ce qu’on lui faisait), il a commencé à discuter et c’était fini !

Des heures de préparation et en 2 minutes c’était fini… C’est un peu comme quand vous mettez des heures à cuisiner des macarons qui seront ensuite engloutis en moins de 2 minutes. Pareil. Mais ça valait le coup ! Il a même eu des cartes Star Wars données par les infirmières.

La joie absolue, il l’avait fait : « J’ai senti un peu mais ça va, j’ai pas eu mal ».

La fierté

Mon fils, ce héros. Vous allez dire que j’y vais un peu fort, qu’importe. Je suis fière. Fière qu’il ait réussi à dépasser ses craintes, à gérer comme il l’a fait. C’est une grande victoire dans sa façon de gérer ses émotions et moments qu’il redoute. C’est le signe d’un grand bon en avant pour moi. Il grandit, de toutes les manières qu’il est possible de le faire <3.

Mon Loulou aussi est très fier de lui. Il raconte à tous ceux qu’il croise combien il a été courageux 🙂

Conseil aux parents

Ne stressez pas ! Je sais de quoi je parle… Plus vous serez serein face à l’acte qui va se produire plus votre enfant le sera aussi. Je sais que c’est plus facile à dire qu’à faire mais s’il le faut prenez aussi granules et sucettes pour vous ! 🙂

Un grand merci à tous ceux qui m’ont donné leurs précieux conseils que je partage aujourd’hui avec mon expérience et qui, je l’espère, aideront d’autres Loulous <3

Et vous, comment avez-vous géré la première prise de sang pour votre enfant ?

prise de sang enfant

Un petit mot, un avis, une question, laissez-moi un commentaire… j’y répondrai avec plaisir

Et pour ne rien rater, abonnez-vous 🙂

Accueil

  !important;

8 commentaires sur “Préparer son enfant à une première prise de sang”

  1. Merci pour ton partage d’expérience ! Je n’aurais pas songé aux patchs anesthésiants pour une prise de sang alors que j’en ai pourtant utilisé pour les vaccins de ma fille lorsqu’elle était bébé. Et l’idée de la sucette est excellente !

  2. Oh la la! Ça me rappelle des souvenirs ça (pas des bons!). La première prise de sang s’etait Bien passée, les suivantes aussi.
    Je n’avais pas vu que tu avais demandé des conseils mais je vois qu’on t’en a donné de très bons!

  3. La sucette c’est un instrument magique je crois. Lorsque nous sommes allés pour la seconde fois chez le pédodentiste, nous avons eu lâchement recours aux écrans (c’est le médecin qui a proposé de mettre un film sur la télé au plafond, mais je balance pas hein …) et aux pouvoirs du doudou.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *